20180702_110247

Participer à un Ironman est quelque chose d'unique, de magique.

Arriver à s'inscrire à Roth relève de l'exploit.

Y arriver à 2, en couple est quelque chose d'extraordinaire à qui nous devons un grand merci Felix, l'organisateur et David qui ont été sensibles à notre projet de couple, faire Roth, 1 an après ma demande de mariage sur la finisline de Klagenfurth.

Donc voilà, inscription faite, il y a 1 an, grosses envies pour cette course. Mais hélas, la vie familiale, professionnelle et sportive n'est pas toujours évidente et nous avons fait des choix. L'entrainement s'en est ressenti pour nous 2, mais l'objectif était de finir et de savourer Roth et sa magie.

Aujourd'hui, je peux vous assurer, que l’objectif a été atteint.

Préparation

Début de prépa, fin janvier après notre voyage de noce à l'ile Maurice. Météo épouvantable les dimanches matins pour la sortie bike, sous la pluie, grêle, neige... Pas de plaisirs et voir Delphine rentrer, congelée sous la couette dans l'impossibilité de se réchauffer a permis de se rappeler que nous ne sommes que des amateurs. Donc, on lève le pied, on cours.... Les activités professionelles font que les soirées sont chargées, et du coup, on zappe les entrainements natation...... Juste 300 voire 500 m de nage le lundi avant la plongée sous marine.

Les beaux jours du mois d'avril nous permettent de sortir le bike et on pose pas mal de congés pour s'entrainer. Delphine fait des semaines à 13h00 et moi, 21 h00. J'ai la caisse, enchaine les heures et les compets, tout va bien.

En mai, direction la Grèce pour des vacances familiales, ces 2 semaines nous font du bien, d'autant que je me suis blessé au genou lors d'un trail, et la rotule droite est douloureuse, surtout à vélo.

Je lève donc le pied fin mai et juin sur la prépa pour tourner sur un volume de 6 h hebdo..... light, trop light, mais la blessure est là.

 

Départ le jeudi, arrivée à Nuremberg où nous avons loué un appartement. Nous sommes à 30'de voiture du site de course, mais au coeur de la ville historique, propice aux sorties gastronomiques et culturelles. Nous allons pouvoir associer tous les plaisirs.20180629_135216

Le vendredi sera consacré à un petit footing d'1 h dans un parc pour récupérer du voyage puis au retrait des dossards dans l’immense village expo. C'est de la folie, autant de stands, de matériels, de tenues, que du bonheur....

On joue à des jeux et je gagne le 1er lot avec sac de sport rempli d'accessoires, bidons, diététique, maillot de vélo Team Katusha, etc.....

On profite également de retrouver notre camarade Cyril qui fêtera ses 40 ans dimanche au départ de son premier Ironman puis direction la pasta party pour un festin de Roi.

Roth est hors normes, sur tous les points. Les bénévoles sont extraordinaires et méritent tous une médaille d'or.FB_IMG_1530251453329

Le samedi, prépa des vélos, des sacs,dépot des vélos au Parc à T1 et reconnaissance des lieux, aires de transition, dépot sac run. Petit tour en ville en soirée, pasta, glace mais à l'eau. On stoppe les dégustations de bières....

 FB_IMG_1530376109620

The D Day

3h00..... Réveil....Petit dej.....
Direction le parking, voiture, autoroute sans trafic, ca roule, on prend plaisir, on profite... Au retour en France, on sera limité à 80km/h :(

Arrivés à Roth, on laisse la voiture sur le parking Navette, celle de 5h20, qui nous emmènera à Hipolstein, site de la natation. Et franchement, vu le monde sur la route, les bouchons et le nombre de spectateurs, c'est un excellent choix, le bus étant prioritaire, il nous dépose au pieds du pont, sans se soucier des embouteillages.

On pose notre dietetique, vérification des vélos, dépôt sac bike et after race.

On enfile tranquillement la combi en regardant le canal se charger d'athlètes sous les regards de milliers de spectateurs survolés des montgolfières.

6h30, les pros s'élancent. 7h10, c'est au tour de Delphine, 7h15, le mien et 7h55, Cyril.

 

SWIM

18Juli01_getty_challenge1_011[1]

3.8 km dans le canal. 1 boucle sans sortie à l'australienne. 1ere bouée à 1500 m, puis une ligne droite de 2000 m et le retour et sortie de l'eau. RAS, rien de compliqué, d'autant qu'on part par vagues de 200 nageurs. Que du bonheur. L'eau est bonne, 19° C, c'est bien.

Bon, question chrono, aucune idée.... Je n'ai pas nagé de l'année hormis les lundis soir à la plongée, un tri LD en prépa et 3 sortie de 2000 au lac.

Mon meilleur chrono sur la distance est de 1h07 mais je suis souvent au même chrono de 1h12. Je pense donc sortir en 1h15/1h20.

Je ne me mets pas la pression et souhaite nager en souplesse sans me mettre dans le rouge.DCR2018_Christoph Raithel_5357[1]

Dès le départ, les sensations sont bonnes. On nage à 3 de fronts, même tempo, même allure, sympa....jusqu'à ce qu'on rattrapa la vague d'avant et que nous sommes obligés de nous séparer. Mon allure est bonne tout comme les sensations de glisse. Le retour est là, je passe le pont puis direction la sortie d'eau. Sur les 500 derniers mètres, je manque un peu de fraicheur et me sens moins gainé et tape un peu dans l'eau.20180630_133157

Je sors avec une grande satisfaction en 1h12!!!

Incroyable, sans prépa, je fais le même temps que les autres années....

 

T1

récupération du sac, posé à terre immédiatement en sortie d'eau. Inutile de chercher dans des râteliers comme sur d'autres IM, ici la transition est courte, même trop courte, lol.....

Des bénévoles sont là, te vident ton sac, t'aident à t'habiller, rangent ta combi etc...... extraordinaire.....

 

BIKE

Le morceau à Roth avec son parcours au revêtement roulant, ses quelques bosses et son indescriptible ambiance. Les photos et vidéos tout comme les récits ne peuvent rien témoigner. Le vivre est extra. Il faut le vivre.....

Chaque sommet de bosse est signe de spectateurs, de sonos, de DJ... Mais des enfants sortent casseroles, tambours et autres percussions pour toute la journée. Chaque village traversé est l'occasion de sortir les buvettes, pompes à bière et de mettre de l'ambiance, pour notre plaisir.... Certes les paysages ne sont pas extraordinaires ou aussi beaux qu'à Klag,mais quelle ambiance !!!

Mais bon, revenons à la course.20180703_23524720180703_234833

J'ai levé le pieds ces 2 derniers mois à cause d'une inflammation rotulienne Je sais que je ne pourrai pas rouler comme à mon habitude Je décide donc de 'rouler' tranquillement, tourner les jambes et viser une moyenne de l'ordre de 31/32 km/h. On verra par la suite

Il fait chaud, très chaud, il y a un vent de folie... En fait, je ne transpire pas, il y a une énorme évaporation..... Cela m’inquiète car c'est mon gros point faible, et ne fixe pas les sels minéraux.... En prévision ou prévention, je n'ai prévu que des ravitaillements salés, pastilles de sel etc, le tout associé aux ravito de course.

Sortie du parc, je me retrouve avec les féminines des 2 vagues précédentes dont Bethan, jeune Anglaise sous les couleurs de la Royale Navy. En fait, on passera la journée ensemble à se doubler; moi dans les cotes, elle, sur le plat.....

Donc, les premiers km sont en faux plat descendant puis faux plat montant sur 5 km dans les bois. Que du bonheur, je tourne les jambes, sauf que vers le 30° km, la douleur est là, surtout quand je me mets sur les prolongateurs. Je lève donc le pied, et évite la position aéro.

Autre soucis, depuis le matin, j'ai une lentille oculaire qui me fait mal et avec le vent j'ai l'impression qu'elle se décolle. En fait, je la perdrai rapidement (enfin du moins, je découvrirai le lendemain qu'elle avait basculé à l’arrière du globe !). Donc, je ferai tout la course en mode aveugle, sur 1 oeil. Sensations très inconfortables, non sécurisantes sur le vélo et qui me donnent un mal de crâne !!!

Les kms passent, les bosses et hots spots se suivent. Je savoure et profite... Ma moyenne n'est pas élevée, mais satisfaisante, autour des 30 km/h

Arrive enfin le Solarberg. Indéfinissable !!!DCR2018_Christoph Raithel_5702[1]

Le 2 ° tour commence, avec Bethan, mais un genou de plus ne plus douloureux. Au km 120, seule la position danseuse me soulage.......FB_IMG_1530704307093

Je termine donc ce bike en un peu moins de 30 de moyenne (ma plus mauvaise moyenne sur IM hormis Nice et Embrun).

Chose surprenante, j'ai mal au genou, mais nulle part ailleurs, aucune sensation de fatigue musculaire ...

 

T2

Idem à T1. Les bénévoles sont omniprésents, on récupère ton vélo, on te donne ton sac, on t'aide à te changer voire on te mets de la creme solaire....

 

RUN

Un marathon sur une boucle, soleil, vent et des cotes sur la fin.

Je sais que ce sera compliqué. L'entrainement n'est pas génial, la chaleur et la déshydratation seront mon bourreau. Je connais mes limites et les conditions du jour ne me sont pas propices.

Va donc falloir gérer et savoir encaisser les baisses de forme.

Départ tranquille en descente, direction le canal pour un long A/R de 25 km avant de passer en ville, les hots spots puis l'immense stade finisline.

Je cours sur la base de 4h30 au final, y compris les pauses ravito espacées de 1.5 km. Je bois énormément, m'arrose et m'asperge.

Tout va bien, sauf que d'un seul coup, en l'espace d'1 km, coup de chaleur. Suis abattu !!! km 19 ! La course s’arrête ici. Coup de bambou. Nausées, la tete qui tourne, je ne sue plus, voile noir !!!!! hyperthermie. Je connais le pb pour l'avoir déjà vécu.

Je ne force donc plus, je marche, je m'hydrate, mange pour me refaire la santé. Ce fut galère, grosse galère, jusqu’au km 30, où je m'effondre dans une camionnette... là je me sens partir... Pas cool, bref je passe,ca ne s'écrit pas......... sursaut de vie, je me redresse peur de l'arrivée de secours et d'élimination...

km 32, c'est passé.

13 km de galère.....en 2h00 !!!

20180703_235040

 

Bon, je peux recourir... Il ne reste que 10 km. Calcul, projection, jauge de l'état du bonhomme.... Je serai loin d'un chrono honorable et terminerai dans un sale état. Hypothèse 2, je rentre en marchant tranquillement en m'hydratant pour récupérer et en attendant Delphine pour finir ensemble.

Hypothèse retenue à l’unanimité !!!

Je la croise au km 36, elle est bien et galope fort. Cyril, en revanche est mal, très mal. Il a peur du time out de 15h00, sa femme l'accompagne, on se parle, le motive pour la finishine. Il lui reste plus de 10 km!!!

Quant à moi, arrive le stade et sa finishline. J'ai marché les 23 derniers km et j'ai 13h26 d'effort à ma montre.20180703_235107

Je n’éteins pas le chrono (6h00 pour le marathon), reste en dehors de la zone d'arrivée et attends Delphine. Elle arrivera un peu plus de 20' plus tard pour faire un beau chrono de 13h52.FB_IMG_1530475671297

Mais quel bonheur !!! On entre ensemble main dans la main et on se fait cette finisline ensemble. Du pur bonheur. De quoi oublier les galères et les douleurs de la journée.

On attend le camarade Cyril, récupérons T Shirt, médaille et verre à bière de Finishers, direction la Bier Garten pour le ravitaillement et savourer le feu d’artifice.

 

La journée se termine par le retour au parc, récupération du vélos, des sacs, retour Nurmeberg, douche et enfin dodo à 2h00 du matin.... Pfff quelle journée..

 DCR2018_Christoph Raithel_7237[1]

FB_IMG_1530628521293

Récupération.

La journée du lundi fut fort agréable avec du multi-enchainement entre marche dans les rues piétonnes, visite culturelle, glace, bières et diverses spécialités culinaires très propices à la récupération (du moins récupération mentale)

 20180702_211612

 

 Bref, nous avons passé un superbe week end, forts en souvenirs.

Merci de nous avoir soutenu, quand on est dans la galère, on pense à vous, au suivi live, aux enfants qui regardent......