Second Ironman de l'année, 2 mois après Klagenfurth.

Direction l'Allemagne pour un Ironman à la Deutsch Kalitat et la super organisation.

Epreuve sympathique que j'avais pu faire en 2012 et où avec Delphine nous avions fait l'aquathlon LD il y a quelques années.

 

FB_IMG_1503390562825

 

Bilan de la prépa post Klag.

Bien, ce fut light.....

Récup post Autriche, fallait souffler, une mauvaise chute du 1er étage, sans grosses conséquences mais une belle plaie sur le tibia qui ne se cicatrise pas et m’empêche d'aller nager....

Puis en aout alors que la plaie commençait à se refermer, petit accident de karting où je pose l'autre tibia sur le pot d'échappement. Brulure second degré 4*5 cm. Bref, pas de natation de prévue...

Ce qui fait, en fait que j'aurai nagé 3 fois en 2 mois dont le tri LD de Maredsous....

Footing, euh...... cool, rien de trop.. juste quelques footings plaisirs de 7/10 km.

En revanche on a maintenu notre sortie dominicale avec 110 km à chaque fois. Je me sens bien sur le vélo, puissant et pense faire un gros bike sur cet Ironman que je prends comme 'entrainement' pour Roth 2018.

Car c'est vrai que je constate que je peux me préparer pour un objectif de début de saison et de fin de saison, mais une course en septembre, c'est compliqué avec les vacances, les enfants, les barbecues, les travaux, les espaces verts... Bref pas la tête et l'envie...

Donc on a pris notre décision, plus de gros objectifs à la sortie de l'été...

Ah, j'oubliais.... l'été fut consacré également à la préparation de notre mariage dans 10 jours ....

 20170902_143312

Cologne.

Départ samedi vers 10h00après le boulot de Delphine.

3h00 plus tard, nous sommes sur le plan d'eau, retrait des dossards, visite de l'expo et dépose des vélos, sous la pluie.....20170902_170040

Petite surprise, pas de cadeau souvenir au retrait du dossard..... Dommage.

Direction l'hotel au coeur de la ville juste à coté de la finish line et d'un grand parking sous terrain où la voiture se laissée pour le week end.

Hotel bien situé pour l'Ironman, mais mal isolé, bruyant, sanitaire sur le palier et cher....(hotel Alt Deutz), et je ne vous parle pas de l'échelle de meunier pour accéder au 4° étage..... Impossible le soir de l'IM ou de descendre le lendemain. Quant au(x) vélo(s), je n'ose pas imaginer...

Bref, notre pasta party accompagné d'une bonne glace et de la bière locale fut bien sympathique.

 

Dimanche.

Réveil 3h30. Petit déj, sur le coin du lit.

Direction le parking sous terrain pour y laisser nos affaires puis 35' de marche pour rejoindre le départ de la navette pour la zone de course. La nuit est fraiche et à 4h30 du matin, dans une grande ville, on rencontre les fêtards sortant de discothèque qui regardent bizarrement ces 2 zozos en rose et bleu...

Installation à T1, on gonfle les pneus, on se change....Il ne fait pas chaud, 10°C et la rosée matinale me parait bien fraiche.

Nous faisons alors la connaissance de Lawrence, l'autre francais engagé sur la course avec qui j'avais échangé il y a quelques mois sur facebook pour lui donner quelques conseils et organisation sur cette course. C'est son premier IM, objectif 12h00. Je lui dit que l'on risque de passer la journée ensemble, car je vise ce tempo.

SWIM :

20170904_203744

Mise à l'eau. Surprenant le contact avec l'eau plus chaude que la température extérieure. Le jour commence à se lever, le soleil rouge et ce début de ciel bleu laissent présager une belle journée. Le brume s'élevant du plan d'eau donne un décor magique et fantastique.... Mais ce n'est pas l'heure à la poésie... C'est l'heure des guerriers et des Ironman!!!!

2 vagues..... nous et les Hawaii, 15' plus tard (athlètes allant à Kona dans1 mois, swim, bike comme nous mais uniquement 14 km run)

Le parcours est simple, un plan d'eau d'aviron de 2000 m avec des couloirs. Je me cale sur la première ligne d'eau et nage sur la ficelle. Tous les 250 m, il y a un panneau qui t'indique la distance. Au U turn, chemin inverse... Donc en théorie, ca ne peut que nager droit...

Prudent au vu de ma faible prépa, je pars derrière, objectif, sortie longue.

Je nage et vois passer les panneaux régulièrement, tout va bien, natation propre et cool. Sotie de l'eau au bout de 3950 m !!! (et moi qui ait nagé tout droit sur la corde....) en 1h190 Bon déception, c'est mon plus mauvais temps sur IM, mais je ne pouvais pas espérer mieux. Ca me fait une moyenne de 2'/100 m. Correct quant même...20170905_064957

T1 :

Transition rapide, j'observe les autres concurrents, ca se ressuie, ca se couvre et se change. Je comprends un peu mon voisin grelotant me dire 'es ist kalt'.  Il a froid lol

Et bien moi  je suis en trifonction, je ne me change pas, ne me ressuie pas et pars immédiatement, pieds nus, juste mon maillot de vélo manches courtes à la main avec mes ravitos.

 

BIKE :

20170904_203658

T1 est distant de T2 d'une quarantaine de km sur autoroute.

Donc le bike est simple, aller et retour sur l'autoroute, où l'on utilise les 4 voies. Parcours roulant, bon revêtement, léger faux plat, juste quelques virages casse pattes dans la ville pour le demi tour. Imaginer 700 m D+ sur les 180 km...

Dans ma tête, je pars pour assurer un 33 voire approcher les 34 de moyenne. L'idéal étant de rouler à 33la première heure en tournant les jambes puis d'appuyer ensuite. Ca se passe bien, ca roule bien, tout le monde en file indienne sur l'autoroute. A certains moments le compteur dépasse les 40 voire même 55 dans le tunnel... Je gère, ne m'occupe pas de la vague Hawaii qui me dépasse à toute allure (ce qui me permet d'apprécier et d'admirer le niveau de ces athlètes. Hawaii c'est autre chose, une autre planète...).

Et puis d'un seul coup, le mur. Plus rien, mais comme le mur du marathon. Plus de jus... Je passe de 35 à 25... Je me mets en danseuse sur des faux plats descendants pour avancer. Je suis scotché. Je pense avoir crevé, car le vélo n’avance plus ! Que dalle, c'est moi.... panne sèche dans le moteur...

Ok, mais voilà, nous sommes au km 40 !!!

Je serre les dents, m'alimente et insiste... Je ne comprends pas..

Km 70, suis cuit de chez cuit. Je baille à m'arracher la mâchoire, je m'endors sur le vélo, ne suis pas bien. Grosse envie de m’arrêter, de m'allonger et dormir.... Grosse, très grosse envie de jeter l'éponge. Mais voilà, Delphine est en course, je ne peux abandonner, et puis je pense à vous, ceux qui me suivent sur facebook ou sur le blog, qui sont sur le live.... Je ne peux abandonner.... Je me dis alors qu'il ne reste que 110 km. C'est la sortie du dimanche matin avec les amis. Donc dans ma tete, je me dis que je fais la sortie avec les copains. Sauf que là, dès le début, j'ai les grosses cuisses.

20170905_065024

Km 90, j'ai le dos en compote. Je ne tiens plus sur les prolongateurs. Une seule idée en tete, finir le bike. Et impossible d'imaginer courir derrière..... Poser le vélo. C'est dur, d'autant que je vois les premiers avancer et que les 70.3 vont bientôt arriver.....

Je croise Delphine et Lawrence, les encourage... De toute façon, je n'ai que ca à faire, et avancer, pédaler pour rejoindre l'arrivée pour que tout s’arrête.

Km 160, tiens je repasse le 30 de moyenne, les jambes reviennent....  je reprends quelques concurrents.....

Km 170, encore 10 km... Et je me dis que je peux essayer de courir. Courir, oui, mais un marathon ?????

Enfin l'arrivée, je suis revenu sur Delphine, je l'encourage.

180 km en 6h10... 29 de moyenne... bon, no comment....

 

RUN :

20170904_203521

Premières foulées douloureuses...

J'enfile une paire de chaussettes, mes runnings et c'est parti... Le premier km est très douloureux, mes jambes ne me portant pas. Heureusement à 500 m, il y a un ravito avec une foule énorme. Je m’arrête, m’arrose copieusement et repars à une allure de tortue (6'15" - 6'30") et en fait ca tient.

Je trottine, j'avance, j'ai mal, mais j'avance. Je m’arrête aux ravito, m’alimente en marchant et repars. J'encourage Lawrence qui est juste derrière moi. En fait, il me suis depuis le départ....

Km 17, je croise Dephine qui en est à son 4° Km . Elle a souffert aussi sur ce parcours usant. On discute un peu, un bisous et on se donne RDV dans un tour...

J'avance ainsi, le parcours est plaisant et passe bien. On continue à se croiser de manière régulière aux mêmes endroits avec Delphine et Lawrence.

Km 39, dernier ravito, juste avant de monter pour la 4' fois ce terrible escalier en colimaçon. Lawrence est là, pas loin. Delphine non plus.

20170905_071225

Je m’arrête et attends Lawrence pour l'accompagner pour sa première finish line. On discute. Sa famille est là, ses potes aussi. On fini main dans la main ensemble au bout de 12h40 d’efforts. Je l'abandonne immédiatement pour aller chercher Delphine, faire quelques mètres avec elle et je repasse une 2° fois la finish line pour aller chercher ma médaille de finisher et me ravitailler à la Biergarten. Je termine 81°20170902_145923

Il lui reste 1 tour, 10 km, seule, dans le noir.... Course au mental, elle m'impressionne.. Elle est fatiguée et usée, et en plus a chuté à pieds...

Je pars me changer et récupérer mes sacs et je l'attends dans le noir.

Que c’est dur ce genre de course...110 finishers, et je peux vous assurer que pour les derniers, il n'y a plus grand monde....

Delphine arrive et en termine au bout de 14h10 d'efforts solitaire et à la 104° place. Chapeau. Une championne, MA championne.

On s'alimente, récup des sacs, puis retour à pieds au parking, chargement des sacs, des vélos et retour maison, sans se doucher ni manger...

 20170903_213553

Le retour fut compliqué... 3 h de route  à viser les aires de repos pour les micros sommeils... en fait on arrivera à la maison à 3h30, le temps de vider la voiture, de se laver, dodo à 4h00.

Grosse journée.

Le réveil fut douloureux pour la rentrée des classes et la journée au travail fut longue...

Mais là, ce soir, content de nous. Place à la récup, au mariage et on pense à Roth 2018

 

 20170903_213159